#

L’iaïdo (autrefois appelé iaï-jutsu ou batto-jutsu) est un art traditionnel du sabre japonais, héritier des combats que se livraient les Samourai. C’est l’art de dégainer le sabre et de découper en un seul geste. C’ A ne pas confondre donc, avec  le Kendo qui est l’art de manier le sabre une fois qu’il est sorti de son fourreau.

L’iaïdo a tout d’abord été développé par les différentes écoles d’escrime japonaise, sans que cela ne soit une véritable discipline. A la fin du 16ème siècle, Hayashizaki Jinsuke Shigenobu rassembla et développa les techniques consistant à dégainer et couper en un seul mouvement avant de développer cet art martial et d’en faire une technique de combat particulière.

iaido sabre japonaisL’iaïdoka porte une tenue légère qui lui permet d’exécuter ses mouvements sans contrainte : une veste de kimono blanche (uwagi), un pantalon noir (hakama) et une ceinture (obi) blanche ou noire suivant son niveau. L’apprentissage de l’iaïdo se faisant à travers la répétition de « kata » (combat contre un ou plusieurs adversaires virtuels), l’iaïdoka n’a pas besoin de porter de protection, contrairement au kendo ou à l’escrime occidentale (mais des genouillères sont quelques fois autorisées car l’iaido se pratique sur des sols très durs, et non sur tapis).

L’iaïdo s’apprend tout d’abord avec un bokken (sabre en bois). Les pratiquants plus aguerris utilisent un iaïto, un sabre avec une lame métallique moulée (non forgée et non aiguisée, donc non tranchante). Le katana peut être utilisé par les pratiquants ayant une expérience suffisante.